Sexisme et Bande Dessinée


Le coup de tonnerre du moment dans le petit milieu de la Bande Dessinée : De nombreuses auteures ont fondé un collectif pour dire haut et fort qu'elles refusent d'être victimes du sexisme qui règne dans ce métier.

Une bien belle initiative qui s'attire déjà tout un tas de louanges et de critiques. Il semblerait que bon nombre de mes collègues mâles trouvent particulièrement injuste de ne pouvoir se joindre publiquement à ce beau mouvement non mixte. Ça dérange peut-être l'entrejambe de voir des femmes se battre sans les puissants et virils couillus que nous sommes ?

Heureusement, cette terrible frustration des auteurs mâles à ne pouvoir défendre la cause féminine en accolant leurs glorieux noms à ce collectif, va, n'en doutons pas, motiver une révolution des personnages féminins dans la fiction. Car le sexisme est bien largement présent dans nos belles Bandes Dessinées. Voici donc une étude très importante menée par des experts, que j'ai moi-même affiché au dessus de mon bureau dans un cadre en bois massif et viril, parce que je comprenais pas à quoi servait cette engeance.

- 1 : les femmes représentent plus ou moins la moitié de l'humanité.
- 2 : la femme ne se résume pas à "la maman" ou "la conquête".
- 3 : entre elles, les femmes se parlent.
- 4 : le viol, c'est de la torture, pas de l'érotisme.
- 5 : mettre une arme dans les mains d'une femme qui tabasse tout le monde ne fait pas de nous des féministes (Ha mais si parce que femme forte qui..et puis...je...mais...non ? vraiment ?).

Bien sûr, on peut aussi être un peu aveugle et se dire que tout va bien dans les fictions aujourd'hui, car il y a plein d’héroïnes classes qui pètent la gueule à des vilains. Heureusement, le petit test de Bechdel nous aide à évaluer la présence des femmes dans nos histoires (à faire avec les films, c'est source d'une franche rigolade entre bons camarades, je vous l'assure).

Pour ça, trois petites questions simples :
- L’œuvre a-t-elle deux femmes identifiables (elles portent un nom) ?
- Parlent-elle ensemble ?
- Et enfin, si elles parlent entre elles (ce qui est déjà rare), parlent-elles d'autre chose que d'un personnage masculin ?

Si les réponses sont toutes négatives, ça ne fait pas de l'oeuvre une oeuvre sexiste, mais ça donne un peu une idée de l'image renvoyée dans les fictions d'aujourd'hui.

Voilà, voilà, tout ça pour dire qu'il y a du boulot, et que je suis bien content de voir ce collectif apparaître !

L'adresse du site ici : http://bdegalite.org/

Enfin, je me permets aussi de signaler aux couillus qui croisent ma route, que si je m'agite en regardant mes pieds lorsqu'on me fait un sourire de connivence après une blague sexiste, ce n'est pas parce que je dois aller pisser, mais en réalité parce que j'aimerai aller vomir. Merci.

4 commentaires :

galien a dit…

L'humour sexiste, c'est comme l'humour raciste : il n'est marrant que dans un cadre satyrique. Coluche l'avait parfaitement compris : il s'est énormément moqué des noirs des belges, des femmes des homos,etc... parce que le personnage qui se moquait d'eux était risible.
Il ne s'agit toujours d'une et même chose : on a de l'humour à partir du moment où l'on peut rire de soi.
L'humour sexiste peut me faire rire, mais si je sens que la personne en face est plutôt dans la virilitude et est du genre à dire "ah les femmes", alors la blague n'est plus drôle : c'est devenu pour le type, un genre de propos méprisant, vaguement ironique.

Je suis bien content que ce mouvement existe : il y en a marre dans les BDs de voir des héros partir à l'aventure avec leur gros flingue chargé, en armure ou en muscle, et de voir les femmes aller se battre avec un cache-tétons en fer et un string en acier, c'est totalement ridicule.

En ce sens, j'aime le dernier Mad Max : le vrai héros est une héroïne, mais pas que : les autres femmes veulent sortir de leur condition et se battent pour ça.

Le féminisme s'est dévoyé et la vraie lutte avec en point de mire l'égalité, est concurrencée par la lutte pour la beauté et le droit à la frivolité : pour qu'une femme puisse avoir le droit de présenter une émission il faut qu'elle soit jeune et que l'émission concerne un sujet plus "féminin". Rares sont les femmes qui animent des débats politiques/scientifiques/sociétaux (sauf si ça concerne les femmes ou les enfants.

Faut sortir de ça.

SkinR a dit…

Je viens de faire passer le test au "révérend" c'est pas joli joli ... ;o)

Gus a dit…

Et oui ! Je suis en plein dedans avec le Révérend !
C'est une des raisons qui me pousse à vouloir écrire mes propres scénarios (entre autres réflexions et prises de conscience...)

Je ne suis pas mieux que les autres et ce texte s'inspire de mes propres expériences ^^

Galien > On est bien d'accord pour l'humour !

SkinR a dit…

Comme disait Sacha Guitry : "J'admettrais volontiers que les femmes nous sont supérieures si ça leur ôtait de la tête qu'elles sont nos égales."

[ Trollons un peu ^^ ]