Vis ma vie de jeune auteur...3/3

Suite des articles :

Dernier chapitre et conclusion d'une année 2014 compliquée...
Où j'en étais déjà ? Ha oui, octobre 2014, mon rendez-vous au festival Quai des Bulles à St-Malo pour présenter le projet Sunburn Kid.

Disons pour résumer que mon tiroir se rempli vite.

Plein de bonnes choses me dit-on, mais pas assez. J'essaye plusieurs éditeurs, ça ne prend pas vraiment non plus. L'un d'eux m'explique qu'il y a trop de choses dans mon histoire, que je suis entre le roman graphique, l'historique et même parfois l'humour. Je ne suis pas assez "identifiable" pour un libraire. J'aime pas beaucoup ce genre d'argument mais je le comprends. Et puis on me dit que c'est trop classique, un western de plus, c'est bien, mais pourquoi ? Quel intérêt ?

Ok. Sunburn Kid attendra son heure. Je n'ai pas perdu mon temps - on ne perd jamais son temps quand on bosse - je sais comment améliorer le projet pour développer d'avantage le pourquoi, mais on ne me fait pas confiance. Pas grave, ça viendra. 


Deuxième projet hors-course, j'en ai un troisième sous le coude qui semble intéresser l'éditeur que je rencontre à St-Malo. Ce n'est pas n'importe quel projet, mais ça, je vous en reparle dans une minute.

D'abord, je rentre du festival avec une petite crise existentielle carabinée.
Doutes...
 Colère !

Travail...

D'abord, je fais mes comptes et ce n'est pas bien glorieux, j'ai de quoi tenir jusque fin janvier 2015 si je fais quelques commandes au passage. C'est angoissant, mais il faut oublier les problèmes de fric et se concentrer sur le boulot à faire au jour le jour.

J'ai trois mois pour finir le tome 2 du Révérend, pour monter un dossier (le troisième de l'année donc) ET le signer. Beau programme. Je me replonge dans l'univers du Révérend et je fais tomber les dernières pages noir et blanc pour de bon. C'est une longue galère qui touche à sa fin, et j'en ressors surtout avec un grand sentiment de soulagement. Ne reste plus qu'à assurer une belle sortie et faire la promo !


--------

Bien. Et maintenant ?
Il faut que je vous parle du dernier projet de 2014, réalisé entre deux pages de western : Résilience.
 
En fait, cette histoire, je la cherche depuis pas mal d'années, et encore d'avantage depuis que L'Homme Sans Nom s'est fait massacrer à la tronçonneuse par le gentil scénariste à qui j'avais demandé un avis. Car son plus grand coup de hache portait sur le "propos" de mon scénario. 

On pourrait résumer (en gros) par "Si tu n'as rien à dire, ferme ta gueule."
Ce qui entraine les deux questions suivantes, bien plus emmerdantes :
"Qu'est-ce que j'ai à dire ?"
Et surtout "Comment le dire avec mes moyens ?"

Ce sont des questions qui me torturaient déjà, donc quand on tape dessus, ça fait mal.
C'est avec tout ça en tête que j'ai réalisé le découpage de Sunburn Kid et en improvisant au fil des pages, je cherchais des réponses, un moyen d'accorder mon dessin, mes goûts et mes idées (ça peut paraitre étrange dit comme ça, mais c'est ainsi.)


Finalement, Résilience est le résultat de toute cette cogitation. Le dossier part chez l'éditeur rencontré à St-Malo. C'est ma dernière cartouche en tant qu'auteur complet pour le moment. Si ça ne fonctionne pas, peut-être qu'il faudra que j'oublie un peu ma casquette de scénariste...Peut-être qu'il faudra que je fasse de la BD comme on fait un "boulot alimentaire" ce que je m'étais interdit jusque là.



On est fin décembre, juste avant les fêtes, après une dernière retouche sur le synopsis du projet, j'apprends la bonne nouvelle : Les éditions Casterman sont intéressées. On dirait bien que cette fois, c'est la bonne.





















Ça se concrétise en janvier, on discute, on s'accorde et arrive l'étape du
TERRIFIANT CONTRAT D’ÉDITION !!!

Oui, ça parait terrible comme ça, mais en fait, tout se passe bien. Pas besoin d'être un auteur d'expérience pour discuter un contrat. Il suffit d'être professionnel (et d'avoir le contrat commenté du SNAC sous la main, pour comprendre le jargon juridique).

2 Février 2015, après plus d'une année de galère, je signe donc pour le scénario et le dessin de Résilience, deux albums aux éditions Casterman. Voilà qui donne raison à mes choix artistiques bornés, je voulais raconter ma propre histoire, j'en ai chié, mais mes échecs étaient nécessaires pour recracher le scénario de Résilience. Et cette fois c'est parti !

Un beau happy end ? Mais non voyons, ce n'est que le commencement...

Restez dans le coin, va y avoir du nouveau.
Mais dans l'immédiat je vous laisse, j'ai une putain de BD à faire !











8 commentaires :

Anonyme a dit…

Félicitations! On a hâte d'avoir ce nouveau bijou entre les mains!

Au boulot! :)

galien a dit…

Ouai bien content que tu t'en sortes.
Faut se méfier des arguments pour ceux qui ne veulent pas d'un projet : i ly en a parfois dues bons, mais ils ne sont même pas toujours entre d'accord entre eux, alors...
Oui il faut avoir un truc à dire, mais c'est pas forcément métaphysique, ni une introspection cachée, faut pas déconner.
Quand on entend -et ça m'est arrivé à Angoulème- dire un éditeur "le scénario, franchement, des fois y en a des biens, mais honnêtement, on s'en fout", ça laisse songeur, et ça conforte dans l'idée qu'il faut rester honnête à soi-même...
Félicitations et vivement la suite !

skinr a dit…

Oh mais ça se serait une nouvelle qu'elle est bonne !!

Gus a dit…

Merci tous : )
C'est en effet une sacré bonne nouvelle !

Jean-Francois a dit…

Excellente nouvelle et heureux d'avoir pu quelque part te filer un petit soutien pécuniaire.

YGDA a dit…

mais quelle année 2014! Je comprends mieux le blackout du blog. Merci pour cette explication.
Il me tarde d'avoir en main le tome 2 du révérend et les premières ébauches de résilience....
bon courage pour 2015 ... Force et Honneur !!!et à fond les bulles

Gus a dit…

Ha oui, effectivement, j'ai oublié de parler de la fermeture du blog pendant l'été. C'était pour me concentrer sur le storyboard du Kid et oublier ma casquette "promotion" quelques temps.

Merci à vous !

philly a dit…

En espérant voir aussi le kid ! Les extraites me plaisent bien. 108 pages petit format, ça fait penser a de l'akileos ! En espérant que le accès du révérend fasse boule de neige !