Durango

Me voilà revenu lessivé, vidé et rétamé du festival de Lyon. Deux jours plus tard, je n'ai toujours pas la force de reprendre les planches. Dessiner dans mes cases m'emmerde, pas l'envie, pas l'courage. 

Heureusement, il y a toujours des chemins détournés pour retrouver le goût du crayon. Revenir à la base, ça fait parfois du bien.

On verra demain pour le reste !

2 commentaires :

galien a dit…

Il parait que ça a été très dense. D'un autre côté, les retours de festoche sont toujours éprouvant...

Gus a dit…

C'était dense et chaud oui. Et de toute façon, les festivals cassent toujours le rythme de boulot, éprouvant comme tu dis !

Mais chouette dans l'ensemble : )