Résilience - Case en chantier.

Aujourd'hui, c'est vendredi, et j'ai un peu de temps pour vous détailler la réalisation d'une case à bords perdus. Cette case  est extraite de la page 41 du tome 1 de Résilience, à paraître en 2017 aux éditions Casterman.



Là, fini, ça paraît facile, mais j'ai évidemment traversé moult tumultes et tempêtes pour parvenir au résultat final. Voici donc l'incroyable récit de mes turpitudes quotidiennes (vous me pardonnerez la qualité des photos, mais elles ont été prises sur le vif au péril de ma concentration, sous différentes lumières, à différents moments ou jours).

Tout d'abord, voici la magnifique version réalisé pour le découpage. On constate que l'idée du levé de soleil sur la cité est déjà là, mais que c'est bien la seule chose de correct qu'on trouve à ce stade.


Je dois donc partir de ce croquis moche pour en faire une belle case. Une case de ville, vue en plongée, bref l'horreur absolue. Après une demi-journée à trembler sur mon siège en me documentant fébrilement, j'ébauche une première version.

 
J'essaye d'aborder le décor dans son ensemble en traçant les différents volumes. Il me faut plus ou moins cinq minutes de recul pour comprendre que cette première tentative est carrément pourrie (et je reste poli). Je repars donc de zéro et gribouille un petit croquis dans le coin d'une feuille.


L'image me semble avoir plus de force, je peux donc me lancer en grand, j'ai du mal à tracer les grandes lignes alors j'attaque directement les détails du clocher en avant-plan.


Surtout, ne pas regarder l'ensemble, se concentrer sur les détails, une maison après l'autre pour éviter de se poser des questions / de se décourager / de tout envoyer à la poubelle.



Ca prend forme, j'ajoute les bords perdus "faits maison".




Et j'obtiens enfin un résultat qui me convient. On notera la propreté de la page, preuve que je ne lutte absolument pas en travaillant, et que tout me vient avec grâce et volupté (je me suis lavé environ 17 fois les mains à ce stade et chaque fois, j'ai l'impression de sortir de la mine de charbon).


ENTRACTE
Fin du crayonné, vous pouvez aller faire un tour, manger des chips lays et boire du coca-cola, ça vous détendra et ça donnera des sous à des gros connards. Merci.

----

Deuxième acte : L'encrage !
Je vais pouvoir m'amuser un peu !

Je crois que certains auteurs encrent les arrières-plans en premier, commencent leur case à gauche pour ne pas salir la feuille avec leur main, c'est tout à fait respectable et méthodique. Personnellement je m'en fous et je commence par ce qui me fait envie, en l’occurrence le clocher.


 Et voilà un avant-plan tout beau tout noir !


 Yapluka faire le reste ! 
Maison après maison, en se levant de temps en temps pour ne pas finir bossu et scoliosé de partout.


 Ci-dessous, ça doit être la six ou septième maison, je m'amuse encore.



  Là, ça commence à tirer entre les omoplates...


 Mais ça se termine ! Une petite retouche de gouache blanche pour bien détacher le clocher de l'arrière-plan et le tour sera joué !


Et voilà. Pouf. Les doigts dans le nez.


Si vous avez de la chance, je posterai la version couleur !

En attendant, j'espère que c'était (un peu) intéressant à suivre. Je vous dis au revoir et za bientôt, mais je ne vous sers pas la main, elle est pleine de charbon, d'encre et de crottes de nez.

7 commentaires:

Mobidic a dit…

T'as réussi à finir un post aussi intéressant par "crottes de nez". Je ne sais pas si tu tombes ou si tu montes dans mon estime, mais pour sûr, y'a eu un mouvement !

Poulop a dit…

Quand a connu le Gus qui aimait autant dessiner les décors que se taper une émission de Cyril Hanouna, ben on se rend compte que mazette, c'est devenu un bon. Voire un putain de bon.

Ouais, je commente pas souvent mais je traîne régulièrement dans les parages de ta page FB, ça rafraichit les yeux.
Chapeau m'sieur !

SkinR a dit…

Je me joins à Poulop pour noter une nette progression de ton talent et de ta maitrise ....
Également à Mobidic en ce qui concerne l'impression laissée par tes crottes de nez ;o)

Bon, en tout cas, ça ébouriffe les yeux !!

Gus a dit…

C'est marrant, je ne me souviens pas avoir détester faire des décors un jour. Comme quoi, on se souvient de ce qu'on veut... ^^
Aujourd'hui c'est toujours galère, mais je sais que mes décors mettent vraiment en valeur les persos ! Donc autant se bouger un peu le trognon (ceici dit, des comme ça, j'en ferais pas tous les jours !).

Merci en tout cas : )
Content de voir qu'il y a du progrès notable depuis les folles années du forum. J'y travaille !

Et heureux que mon incroyable blague de fin ne laisse pas indifférent...

galien a dit…

C'est toujours trouillant de se lancer dans des cases comme celle-ci, parce qu'on mesure la quantité de boulot à fournir avant de démarrer.
Mais il faut pas en démordre : ça claque bien, c'est une très belle case ! Splendide !
Détail technique (j'ai pas fait d'école de dessin), j'encre au brushpen mais j'aimerai tenter un truc un poil différent pour certains encrage. C'est quoi ton pinceau et ton encre ?
Tu encres direct tes crayonnés ? ça par contre, j'oserai pas...

Gus a dit…

Alors, pour la technique...

Pour cette case, j'ai encré principalement avec deux plumes (qu'on voit souvent sur mes photos). Une achetée en Chine dont j'ignore la marque, et l'autre (assez semblable) achetée au Japon de marque "Nikko" (SL COMIC PEN). Et quelques traits / masses noirs au pinceau "pébéo" poil synthétique taille 0. L'encre de chine est aussi de marque pébéo.

Je vomis la table lumineuse donc oui, j'encre directement sur le crayonné. Pour moi, c'est plus dynamique, ça utilise moins de papier, et ça me permet d'encrer ma planche au fur et à mesure du crayonné si j'ai envie !
Il y a toujours le blanco si on se loupe. Et généralement, ce n'est pas l'encrage qui détruit une case, si elle n'est pas bonne au final, c'est que le dessin en dessous est pas assez solide. La seule difficulté c'est pour les masses de noirs si on n'est pas sûr de son coup. J'utilise parfois un calque par dessus pour faire un essai.

Voilà, tu sais tout !

galien a dit…

Merci !
Alors pour la table lumineuse, je ne la vomis pas, mais elle bouffe du temps, donc j'ai trouvé une astuce (pratique pour les décors complexes.
Je scanne mes dessins, je passe au bleu que j'imprime sur le bon papier là où je donne des cours (donc pas très cher). J'encre direct dessus, je rescanne et j'enlève les cyan, magenta et jaune.
Suivant la machine sur laquelle tu imprimes, il y a parfois un petit souci : l'encre bleue devient chiante pour l'adhésion de l'encre noire (en l'occurrence du brushpen). Si tu es blindé de pognon, un imprimeur dispose de machines superbes, calibrées et il n'y a pas ce problème. Sion la pébéo fonctionne bien (ou les feutres).
En tout cas bravo, c'est une case magnifique.